Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Nissan, le petit japonais devenu grand

L’histoire de Nissan commence avec la fusion de trois sociétés japonaises qui donne naissance en 1925 à Datsun, devenu Nissan en 1934. Jusqu’aux années 1970, les voitures produites par le groupe nippon portaient le nom de Nissan ou Datsun.  

Naissance et premiers succès

  La première DAT sortie en 1914 des ateliers de la société Kaishinsha, fondée par Hashimoto Masujir?, était équipée d’un moteur V2 et pouvait atteindre une vitesse de 32 km/h. En 1934, Nihon Sangyo rachète la totalité de l’entreprise et la rebaptise Nissan Motor Co., Ltd. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Nissan acquiert une grande expertise dans la construction des véhicules militaires, ce qui lui permettra de connaître un grand succès en 1951 avec le lancement du légendaire Patrol, de loin le meilleur 4×4 de sa catégorie. C’est grâce à la victoire d’une Datsun 210 dans un rallye organisé en 1958 en Australie que Nissan assoit sa renommée internationale. Le groupe devient le second plus grand constructeur automobile au Japon, après Toyota. En 1960, Nissan s’implante aux Etats-Unis en ouvrant la Nissan Motor Corporation USA (NMC) en Californie.  

A la conquête du marché européen

  C’est en 1962 que Nissan commence ses exportations vers les marchés européens. Pour consolider sa présence sur le Vieux Continent, le groupe nippon fusionne avec le constructeur Prince Motors et bénéficie ainsi de la renommée des modèles Skyline et Gloria. Il entre également en 1980 dans le capital du constructeur espagnol Motor Iberica SA, qui produira la version Safari de Patrol. Cette période de pleine croissance culmine en 1984 avec l’implantation de Nissan à Sunderland, en Grande-Bretagne, d’où sortira la fameuse Bluebird. Mais les années 1990 voient s’arrêter net cet élan. Les pertes s’accumulent et le groupe accuse un retard conséquent en matière de marketing et d’innovation.  

L’alliance avec Renault

  En 1999, Nissan est au bord de la faillite. Carlos Ghosn, numéro deux de Renault à l’époque, met au point un plan de sauvetage de la compagnie japonaise, qui restera dans la postérité sous l’acronyme N-R-P (Nissan-Revival-Plan) et se traduira par des milliers de licenciements et un plan drastique de réduction des coûts. Ghosn réussit à tirer le meilleur parti de la synergie avec Renault et parvient à redresser une société moribonde, en devenant au passage le premier président français d’une compagnie japonaise. Symbole de cette renaissance de Nissan, le nouveau siège social de la compagnie, situé à Nishi-ku et haut de 99 mètres, a été inauguré en 2009. L’alliance Renault-Nissan forme actuellement le quatrième groupe automobile au niveau mondial. Encore un bonne nouvelle pour Nissan : son modèle électrique Nissan Leaf a décroché le titre très convoité de voiture de l’année 2011. C’est la première voiture électrique à recevoir cette distinction. L’autonomie moyenne de la Leaf varie entre 76 km (sur autoroute, avec la climatisation) et 220 km (en conduite coulée).  
Partager avec:

Ajouter un commentaire

×