Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Le rêve hollywoodien

Qui ne connaît pas le cinéma américain ? Charlie Chaplin, Ingrid Bergman, John Wayne, Gary Cooper, Marlon Brando, Nicole Kidman, Tom Cruise… La liste est longue, une liste qui témoigne du long trajet parcouru par le cinéma américain.   Hollywood ! Cœur du cinéma américain ayant connu plusieurs étapes : du muet dont l’expression était la mimique et les déplacements, et comme seul son de la musique, au film parlant, c’était une vraie révolution ! Arrive ensuite la couleur, un engouement pour les films ! Hollywood devenue la capitale du cinéma attire les acteurs et réalisateurs du monde entier : d’Autriche, de Suède, d’Allemagne…

Les années vingt

Le culte de la star s’installe dès 1918. C’est l’ère du cinéma muet pourtant très expressif fondé sur des livres écrits par des écrivains renommés : C’était l’adaptation de la littérature au cinéma et les producteurs n’étaient pas uniquement des financiers mais participaient également à la réalisation. Cette période est marquée par le cinéma burlesque avec les acteurs qui ont crevé l’écran du cinéma américain et même mondial comme Charlie Chaplin.

L’âge d’or

C’est l’ère du cinéma classique pendant les années trente et quarante. En 1931, toute l’industrie cinématographique s’est convertie au parlant. L’année 1935 est un début riche en activités artistiques. C’est l’année qui a mis en route divers projets artistiques pour délivrer les artistes du chômage. Les films s’intéressaient surtout aux problèmes sociaux comme les conditions de travail des ouvriers. Malgré la crise économique la production des films était prospère allant jusqu’à 5000 films par an.  Après la seconde guerre mondiale, le film américain a envahi d’autres continents : c’est l’américanisation du cinéma en France et dans toute l’Europe. Quant à l’année 1939 c’est une date importante de l’histoire du cinéma, pendant laquelle est visionné le premier film en couleurs : Becky Sharp.

Les années cinquante

Les  fifties, c’est l’ère de prospérité du western. Ce  genre de production s’étale. Qui peut oublier les films de Cow-boys, d’extermination des indiens et de l’homme de loi contre le shérif véreux ? Pour la plupart des acteurs et réalisateurs, le passage par ce genre de films était obligatoire. Toutes les situations sont représentées, et c’est  ce qui a popularisé ce genre au delà des frontières. Pendant cette période apparait aussi le premier film en cinémascope. Bien que le film en couleurs existe  certains producteurs optaient pour le noir et blanc pour mieux passer leur message et à titre d’exemple, le maître du suspens Alfred Hitchcock.

La guerre froide pendant les années soixante

Le septième art connaît des nouveautés ! Le polar est adapté au cinéma avec les films de suspens et les séries fantaisistes. Le film d’espionnage connaît son apogée car  les spectateurs sont fascinés par le suspens des histoires énigmatiques. Et ce n’est surement pas la fin de son histoire ! La suprématie du cinéma américain est réelle mais quelle hégémonie connaît-il au fil des années suivantes ? Un suspense à l’américaine !
Partager avec:

Ajouter un commentaire

×