Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Les friperies sont elles l’avenir de la mode ?

On dit que la mode est un cycle, que rien ne se crée et que tout se transforme. Qui aurait cru que le vieux 501, datant de l’époque où votre mère passait le bac, se vendrait aussi bien de nos jours dans toutes les friperies du monde ?   Dans une époque où la nostalgie des années 60 touche surtout des jeunes de 15 à 35 ans, la friperie représente l’ultime salut d’une génération qui rêve de voyager au volant d’un Doloréane.  

Le culte rétro

  Rouler en Vespa dans les rues parisiennes, porter des jupes à fleurs que refusaient de porter vos parents dans les années 70, mettre des chemises à carreaux trop grandes et déchirées et surtout enfiler des baskets en toile, déjà portées par des centaines de personnes avant vous ; bienvenue dans le monde merveilleux de la friperie. Il existe un véritable engouement pour les boutiques, dites, de seconde main. Cette affirmation ne se vérifie pas seulement dans la capitale. Que vous alliez à Toulouse, Bordeaux, Lyon ou Nice, le nombre d’échoppes du genre pullulent. L’intérêt de s’habiller dans ce genre d’endroit ? Ce n’est pas cher et surtout très tendance. Pourquoi se priver d’allier ces deux excellentes raisons ? Le retro marche du feu de Dieu, que cela soit du point de vue vestimentaire, ou du point de vue culturel et artistique. Tout est lié ! Ce n’est pas pour rien que Godart revient sur le devant de la scène et qu’Alain Delon et Brigitte Bardot redeviennent les égéries, qu’ils étaient dans les années 60, pour des marques de parfums en 2010.  

Madrid ville rétro

  C’est bien joli tout ça, mais où trouver de bonnes boutiques rétros ? A Paris les meilleurs endroits se trouvent dans le Marais, chez Freep’star, rue Sainte Croix de la Bretonnerie et de la Verrerie. C’est un bon début pour les novices, vous allez y apprendre à fouiner un peu. Vous pourrez ensuite faire un tour chez Vintage rue des Rosiers, vous en ressortirez forcément avec un accessoire ou un jean troué. Le centre de Toulouse regorge aussi de boutiques dans le genre, qui selon beaucoup, surpassent celles de Paris. Les sélections sont plus pointilleuses et les marchands évitent de mettre tout et n’importe quoi en vente sous prétexte que c’est rétro. Essayez Groucho rue Peyrolières. Mais tous les accros de toute l’Europe au rétro, au vintage et à la friperie savent que la capitale mondiale du genre est Madrid. Le quartier de Malasaña est une sorte de faille spatio-temporelle dans laquelle s’engouffrent des milliers de jeunes venus y trouver des objets, accessoires et vêtements venus des temps anciens. Commencez par Biba Vintage calle Velarde et les autres boutiques viendront à vous naturellement, toutes sont dans la même zone, il n’y a que ça ! La quête de la frip’ est une quête sans fin, alors ne vous découragez pas si vous ne trouvez pas votre bonheur du premier coup et dites-vous que vous contribuez à la lutte contre le réchauffement climatique en recyclant les vieux jeans de vos parents.
Partager avec:

Ajouter un commentaire

×