Connexion/Inscription ?
 
Partager avec:

Les illustrations et storyboards de Sylvain Despretz s’exposent à la galerie Arludik

Pour la première fois, ce storyboarder a exposé plus de 50 œuvres originales tirées de sa collection personnelle et issues de ses collaborations avec les plus grands réalisateurs américains. Retour sur cette exposition. Feutres, crayons, encre de chine et peinture nous esquissent de beaux moments de cinéma… Depuis plus de 20 ans, Sylvain Despretz est l’un des dessinateurs les plus sollicités d’Hollywood. Son trait, aérien et fluide, inspire nombre de réalisateurs, de Tim Burton à Roman Polanski, en passant par Stanley Kubrick ou encore Ridley Scott. Pour cette exposition, il a choisi la galerie Arludik qui se consacre aux artistes cachés derrière les grands chefs d’œuvre du cinéma, de la BD ou du jeu vidéo.   Le storyboard kezako ? Représentation visuelle de ce que sera le film sous la forme de croquis accompagnés de bulles de dialogues et de notes concernant les plans et différents éléments d’accompagnement, il sert pour le travail de pré-production. Le storyboarder travaille en étroite collaboration avec le metteur en scène et apporte sa vision conceptrice de l’œuvre retranscrite ensuite en images.   Avec cette exposition Sylvain Despretz nous a offert, au travers de ses somptueux dessins, une palette d’études de personnages, de décors surréalistes, et a dévoilé quelqus-uns de ses storyboards originaux. Parmi les œuvres exposées : des dessins de concept pour « Le Cinquième élément » de Luc Besson, « La planète des singes » de Tim Burton, « Alien Resurrection » de Jean-Pierre Jeunet et I am legend de Ridley Scott. On trouvait également des illustrations de quelques scènes torrides de « Eyes Wide Shut » de Stanley Kubrick ainsi que des illustrations de décors pour « Gladiator » de Ridley Scott avec, notamment, l’étude du casque porté par Russel Crowe. Les cinéphiles ont pu découvrir les illustrations de deux projets cinématographiques avortés : « Superman » de Tim Burton et « Tintin » de Jean-Pierre Jeunet. Au milieu de l’exposition, un écran nous rappelle le cheminement du processus créatif en confrontant le storyboard original à la séquence filmée. Juxtaposition intéressante où le dessin devient image sous nos yeux…  
Partager avec:

Ajouter un commentaire

×